Organe officiel

Publié le 10/056/2018

Championnat francophone espoirs 2017/2018: la 2e journée à Laeken (24/02/2018)

DIABLOTINS

FC Beauraing

 

-

 

F Ste-Odile Jeunes Dour

 

2-2 (3-4)

 

Ixelles Academy

 

-

 

Boca Horizon Ans

 

3-0

 

F Ste-Odile Jeunes Dour

 

-

 

Gaumais Saint-Léger

 

3-0

 

Boca Horizon Ans

 

-

 

FC Beauraing

 

3-2

 

Gaumais Saint-Léger

 

-

 

Ixelles Academy

 

0-1

 

Boca Horizon Ans

 

-

 

F Ste-Odile Jeunes Dour

 

3-0

 

Ixelles Academy

 

-

 

FC Beauraing

 

1-1 (4-5)

 

Gaumais Saint-Léger

 

-

 

Boca Horizon Ans

 

1-6

 

F Ste-Odile Jeunes Dour

 

-

 

Ixelles Academy

 

1-5

 

FC Beauraing

 

-

 

Gaumais Saint-Léger

 

3-4

 

Le classement

 

 

 

 

J

 

G

 

P

 

N

 

P

 

C

 

Pts

 

1.

 

Ixelles Academy

 

4

 

3

 

0

 

1

 

10

 

2

 

7

 

2

 

Boca Horizon Ans

 

4

 

3

 

1

 

0

 

12

 

6

 

6

 

3.

 

FS Ste Odile Jeunes Dour

 

4

 

1

 

2

 

1

 

6

 

10

 

3

 

4.

 

Gaumais Saint-Léger

 

4

 

3

 

1

 

0

 

5

 

13

 

2

 

5.

 

FC Beauraing

 

4

 

0

 

2

 

2

 

8

 

10

 

2

 

 

PREMINIMES

Boca Horizon Ans

 

-

 

FC Beauraing

 

5-2

 

Basic Fit Bruxelles

 

-

 

F Ste-Odile Jeunes Dour

 

3-5

 

FC Beauraing

 

-

 

Forza Messancy

 

0-7

 

F Ste-Odile Jeunes Dour

 

-

 

Boca Horizon Ans

 

3-2

 

Forza Messancy

 

-

 

Basic Fit Bruxelles

 

6-3

 

F Ste-Odile Jeunes Dour

 

-

 

FC Beauraing

 

6-1

 

Basic Fit Bruxelles

 

-

 

Boca Horizon Ans

 

4-4 (2-0)

 

Forza Messancy

 

-

 

F Ste-Odile Jeunes Dour

 

4-3

 

FC Beauraing

 

-

 

Basic Fit Bruxelles

 

4-4 (7-6)

 

Boca Horizon Ans

 

-

 

Forza Messancy

 

2-2 (3-2)

 

 Le classement

 

 

 

 

J

 

G

 

P

 

N

 

P

 

C

 

Pts

 

1.

 

Forza Messancy

 

4

 

3

 

0

 

1

 

19

 

8

 

7

 

2

 

FS Ste-Odile Jeunes Dour

 

4

 

3

 

1

 

0

 

17

 

10

 

6

 

3.

 

Boca Horizon Ans

 

4

 

1

 

1

 

2

 

13

 

11

 

4

 

4.

 

Basic Fit Bruxelles

 

4

 

0

 

2

 

2

 

14

 

19

 

2

 

5.

 

FC Beauraing

 

4

 

0

 

3

 

1

 

7

 

22

 

1

 

 

MINIMES

Peterbos Anderlecht

 

-

 

Areler Foot Arlon

 

2-0

 

Squadra Mouscron

 

-

 

RAEC Sclayn

 

5-0 fft

 

Areler Foot Arlon

 

-

 

JS Grivegnée

 

3-6

 

RAEC Sclayn

 

-

 

Peterbos Anderlecht

 

0-5 fft

 

JS Grivegnée

 

-

 

Squadra Mouscron

 

4-0

 

RAEC Sclayn

 

-

 

Areler Foot Arlon

 

0-5 fft

 

Squadra Mouscron

 

-

 

Peterbos Anderlecht

 

1-0

 

JS Grivegnée

 

-

 

RAEC Sclayn

 

5-0 fft

 

Areler Foot Arlon

 

-

 

Squadra Mouscron

 

3-3 (2-3)

 

Peterbos Anderlecht

 

-

 

JS Grivegnée

 

1-1

 

Le classement

 

 

 

 

J

 

G

 

P

 

N

 

P

 

C

 

Pts

 

1.

 

JS Grivegnée

 

4

 

3

 

0

 

1

 

16

 

4

 

7

 

2

 

Squadra Mouscron

 

4

 

2

 

1

 

1

 

9

 

7

 

5

 

3.

 

Peterbos Anderlecht

 

4

 

2

 

1

 

1

 

8

 

2

 

5

 

4.

 

Areler Foot Arlon

 

4

 

1

 

1

 

1

 

11

 

11

 

3

 

5.

 

RAEC Sclayn

 

4

 

0

 

4

 

0

 

0

 

20

 

0

 

 

Publié le 27/02/2018

Championnat francophone espoirs 2017/2018: la 2e journée à Laeken (24/02/2018)

Brabant  -  Hainaut: 4 - 1
Liège  -  Namur: 8 - 0
Hainaut  -  Luxembourg: 5 - 0 fft
Namur  -  Brabant: 3 - 9
Luxembourg  -  Liège: 2 - 6
Namur  -  Hainaut: 3 - 0
Liège  -  Brabant: 2 - 1
Luxembourg  -  Namur: 3 - 3
Hainaut  -  Liège: 1 - 7
Brabant  -  Luxembourg: 3 - 2

Classement à l'issue de la deuxième journée :

1.

Liège

8

6

0

2

42

21

12

1.

Brabant

8

6

0

2

37

18

12

3.

Namur

8

3

1

4

21

36

7

4.

Hainaut

8

3

0

5

20

28

6

5.

Luxembourg

8

1

1

6

15

32

3

Prochaine journée: samedi 28 avril 2018 à Soumagne (Province de Liège).

 

Publié le 22/02/2018

Championnat francophone espoirs 2017/2018: la 1re journée à Messancy (18/11/2017)

Luxembourg - Namur : 1-3
Liège - Hainaut : 6-5
Namur - Brabant Wallon/BXL-C. : 2-7
Luxembourg - Hainaut : 2-4
Brabant Wallon/BXL-C. - Liège : 5-3
Hainaut - Namur : 3-1
Liège - Luxembourg : 5-1
Hainaut - Brabant Wallon/BXL-C. : 1-5
Namur - Liège : 6-5
Luxembourg - Brabant Wallon/BXL-C. : 4-3

Le classement

1.

Brabant

4

3

0

1

20

10

6

2.

Liège

4

2

0

2

19

17

4

3.

Hainaut

4

2

0

2

13

14

4

4.

Namur

4

2

0

2

12

16

4

5.

Luxembourg

4

1

0

3

8

15

2


Publié le 26/05/2017

Article 137 - Correspondant qualifié

L’article 137 du règlement organique précise que « tout cercle doit désigner parmi ses membres un « C.Q. » qui est le seul qualifié pour correspondre avec la L.F.F.S. et l’A.B.F.S. En cas d’empêchement du C.Q., soit le président, soit le membre repris sur l’engagement solidaire signe tous les actes engageant le cercle, en faisant précéder sa signature de la mention « Pour le C.Q. empêché ». »
En vertu de l’article 68 des statuts, le C.A. a décidé d’y ajouter l’alinéa suivant, avec prise d’effet immédiate: « Le correspondant qualifié doit avoir préalablement averti le secrétariat provincial dont son club dépend de son indisponibilité et précisé sa durée. »

Publié le 22/05/2017

20 & 21/05/2017 Championnats francophones 2016/2017

Voici les résultats des championnats francophones 2016/2017 qui se sont déroulés ces 20 et 21 mai au centre namurois des sports (Tabora) à Salzinnes/Namur:

DIABLOTINS        
USM CILE Grâce-Hollogne - FS Ste-Odile Jeunes Dour: 4 - 2
FS Ste-Odile Jeunes Dour - MF Union Arlon: 5 - 2
MF Union Arlon - Atletico Bruxelles: 5 - 2
Atletico Bruxelles - USM CILE Grâce-Hollogne: 3 - 9
USM CILE Grâce-Hollogne - MF Union Arlon: 3 - 2
FS Ste-Odile Jeunes Do - Atletico Bruxelles: 4 - 1

Le classement
1. USM CILE Grâce-Hollogne 6
2. FS Sainte-Odile Jeunes Dour 4
3. Union Arlon 2
4. Atletico Bruxelles 0
Forfait: Âgés de Heer

PRÉMINIMES        
FS Ste-Odile Jeunes Dour - Escale Oreye: 0 - 4
Escale Oreye - Basic Fit Bruxelles: 6 - 1
Basic Fit Bruxelles - Gaumais Saint-Léger: 5 - 2
Gaumais Saint-Léger - FS Ste-Odile Jeunes Dour: 1 - 4
FS Ste-Odile Jeunes Dour - Basic Fit Bruxelles: 1 - 4
Escale Oreye - Gaumais Saint-Léger: 6 - 2

Le classement
1. Escale Oreye 6
2. Basic-Fit Bruxelles 4
3. Sainte-Odile Jeunes Dour 2
4. Le Gaumais Saint-Léger 0
Forfait: RKWB Seilles

MINIMES        
AS Schaerbeek - Deportivo Neffe: 9 - 2
JS Grivegnée - All Star La Louvière: 1 - 5
Deportivo Neffe - MF Weyler: 5 - 2
All Star La Louvière - AS Schaerbeek: 3 - 0
MF Weyler - JS Grivegnée: 3 - 7
All Star La Louvière - Deportivo Neffe: 5 - 0
JS Grivegnée - AS Schaerbeek: 5 - 2
MF Weyler - All Star La Louvière: 2 - 6
Deportivo Neffe - JS Grivegnée: 1 - 6
AS Schaerbeek - MF Weyler: 5 - 3

Le classement
1. All Star La Louvière 8
2. JS Grivegnée 6
3. AS Schaerbeek 4
4. Deportivo Neffe 2
5. MF Weyler 0

CADETS        
MFC Ciney - FS Ste-Odile Jeunes Dour: 0 - 12
Dhomes Fléron - Peterbos Anderlecht: 0 - 11
FS Ste-Odile Jeunes Dour - Forza Messancy: 1 - 3
Peterbos Anderlecht - MFC Ciney: 13 - 0
Forza Messancy - Dhomes Fléron: 10 - 2
Peterbos Anderlecht - FS Ste-Odile Jeunes Dour: 7 - 2
Dhomes Fléron - MFC Ciney: 4 - 2
Forza Messancy - Peterbos Anderlecht: 2 - 5
FS Ste-Odile Jeunes Dour - Dhomes Fléron: 17 - 0
MFC Ciney - Forza Messancy: 3 - 12

Le classement
1. Peterbos Anderlecht 8
2. Forza Messancy 6
3. FS Sainte-Odile Jeunes Dour 4
4. Dhomes Fléron 2
5. MFC Ciney 0

SCOLAIRES        
Futsal Molenbeek - OM de Liège: 1 - 5
OM de Liège - RC Anderlues: 7 - 2
RC Anderlues - SOCA Tavigny: 6 - 6
SOCA Tavigny - Futsal Molenbeek: 2 - 16
Futsal Molenbeek - RC Anderlues: 12 - 2
OM de Liège - SOCA Tavigny: 6 - 2

Le classement
1. OM de Liège 6
2. Futsal Molenbeek 4
3. RC Anderlues 1 (-15)
4. Soca Tavigny 1 (-18)

DAMES
Madry Charleroi - Red Boys Bruxelles: 9-4
Red Boys Bruxelles - Volvo La Calamine: 2-7
Volvo La Calamine - Madry Charleroi: 7-3

Le classement
1. Volvo La Calamine 4
2. Madry Charleroi 2
3. Red Boys Bruxelles 0

 

Publié le 30/04/2017
29/04/2017 Championnat francophone espoirs 2016/2017: 3e journée à Auvelais 
Liège - Namur: 4-1
Hainaut - Luxembourg: 2-1 
Namur - Brabant: 0-8 
Liège - Luxembourg: 5-2 
Brabant - Hainaut: 3-5 
Luxembourg - Namur: 4-3 
Hainaut - Liège: 1-3 
Luxembourg - Brabant: 2-8 
Namur - Hainaut: 5-1 
Liège - Brabant: 3-2 

Le classement final

1. Brabant 12 10 2 0 59 - 18 20
2. Liège 12 10 2 0 50 - 13 20
3. Hainaut 12 6 6 0 35 - 36 12
4. Namur 12 3 9 0 30 - 58 6
5. Luxembourg 12 1 11 0 12 - 61 2

Publié le 25/04/2017

Article 100 - Listing / Formalités  

"Le listing reprend les principales caractéristiques permettant d’identifier les membres affiliés au cercle (prénom, nom, adresse complète, date de naissance, numéro de licence).
Pour le début de la saison, un listing est envoyé au C.Q. du cercle. Ensuite, à chaque nouvelle affectation validée, un listing mis à jour lui est transmis dans les quatre jours ouvrables qui suivent celui de la réception de la demande d’affiliation.
Dans la première quinzaine du mois d’avril, un listing reprenant les membres affiliés au 31 mars est transmis au C.Q. du cercle. Celui-ci est tenu de cocher les membres qu’il souhaite réaffilier et de renvoyer le listing pour le 15 mai au secrétariat fédéral ou provincial, suivant les instructions données.
Si le listing est renvoyé entre le 16 et le 31 mai, une redevance, dont le montant est fixé pour le 1er août par le C.A., est infligée au cercle fautif.
Si le listing n’est pas reçu avant le 1er juin, tous les membres sont désaffiliés à cette date.
La L.F.F.S. transmet au cercle, au plus tard lors de l’A.G. provinciale qui le concerne, un listing avec les membres qui y sont affiliés au 15 mai."

            En vertu de l’article 68 des statuts, le C.A. a décidé d’y ajouter l’alinéa suivant, avec prise d’effet immédiate : « Si une erreur apparaît sur le listing mis à jour remis au cercle, celui-ci est tenu de la signaler au secrétariat fédéral ou provincial par courrier recommandé dans les quinze jours civils qui suivent l’assemblée générale de la « Province » dont il dépend. Passé ce délai, sans réaction du cercle, la liste des membres et les informations qui y figurent sont considérées comme exactes. »

Article 191.2 - Coach d'équipe de jeunes 

"Au sein d’une même « Province », moyennant l’accord écrit du C.Q. du cercle auquel il est affilié, un membre majeur peut coacher des équipes de jeunes d’un autre cercle. Cependant, dans cet autre cercle, il ne peut coacher une équipe d’une catégorie d’âge dans laquelle son cercle d’affiliation en possède une."

 

            En vertu de l’article 68 des statuts, le C.A. a décidé d’étendre la mesure aux dames avec prise d’effet immédiate. L’article devient : « Au sein d’une même « Province », moyennant l’accord écrit du C.Q. du cercle auquel il est affilié, un membre majeur peut coacher des équipes de jeunes ou de dames d’un autre cercle. Cependant, dans cet autre cercle, il ne peut coacher une équipe d’une catégorie d’âge ou de dames dans laquelle son cercle d’affiliation en possède une. »

 

Publié le 29/03/2017

Modifications aux statuts et R.O.

Toutes les propositions de modifications aux statuts et r!glement organique de la LFFS asbl reprises ci-dessous sont adoptées: 

 

STATUTS


Article 12 -

En outre, pour pratiquer le football en salle à la L.F.F.S., tout membre doit s'assurer de l'absence de contre-indication dans son chef à cette activité sportive. Il remet préalablement à la L.F.F.S. une attestation d'absence de contre-indication à la pratique du football en salle délivrée par un docteur en médecine, établie conformément à l’article 11 du décret relatif à la prévention des risques pour la santé dans le sport du 3 avril 2014 et de ses arrêtés d’exécution. 

… »

Ajouter « originale » après « une attestation d'absence de contre-indication à la pratique du football en salle ».


REGLEMENT ORGANIQUE

DISPOSITIONS PRELIMINAIRES

Ajouter après le dernier alinéa que toutes les redevances ou amendes prévues dans le règlement organique sont fixées par le Conseil d’Administration pour le 1er août.

Texte adopté: « Le barème des montants des amendes que peut infliger une instance ou des redevances que peut percevoir la L.F.F.S. est fixé annuellement pour le 1er août par le Conseil d’Administration. Il constitue le barème financier (annexe 4 du règlement organique). »

Supprimer « dont le montant est fixé pour le 1er août par le C.A. » dans tous les articles du règlement organique où cette mention apparaît.


Courrier

« Tout document qui doit être signé (document d’affiliation, dépôt d’une action dans le cadre du code disciplinaire,...) doit obligatoirement être envoyé à la L.F.F.S. par courrier postal. Il sera, par conséquent, déclaré irrecevable s’il est transmis par fax, courriel ou tout autre moyen. »

Ajouter « Sauf mention contraire, l’original de » avant « Tout document »


Article 17 Conseil d’administration

 

Ajouter « -statue en évocation conformément aux dispositions de l’art.230.3 ».

 

 

 

 

 

Article 34.7 Colloque

 

« La C.C.A.L. organise un colloque une fois par saison sportive. Tous les membres, formateurs et conseillers des commissions d'arbitrage provinciales sont tenus d'y assister. En cas d'absence, la personne concernée est privée de mission durant quatre semaines prenant cours la semaine qui suit l'organisation du colloque.

 

L’absence au colloque peut être admise en cas de force majeure dont la pertinence est laissée à l’appréciation du C.A. »

 

 

 

Remplacer « est privée de mission » par « est suspendu ».

 

Motivation : la privation de mission n’a pas beaucoup de sens pour un membre qui n’effectue pas de missions provinciales.

 

 

Article 42 Comité exécutif provincial

 

Supprimer « Le C.E.P. peut, suivant ses besoins, créer des commissions. Toutefois, dans chaque « province », doit exister:

 

-une Commission Sportive Provinciale (C.S.P.).

 

-une Commission d’Appel Provinciale (C.A.P.).

 

-une Commission Provinciale d’Arbitrage (C.P.A.) »

 

et créer avec ce contenu un article spécifique aux commissions provinciale (article 43)

Supprimer « choisit et nomme le président de la Commission Provinciale d'Arbitrage » car en contradiction avec l’article 64.1 à revoir (ci-dessous)

 

 

Créer un nouvel article - Article 43 Commissions provinciales

 

Au sein de chaque province, existent:

 

-une commission sportive provinciale (CSP)

 

-une commission d’appel provinciale (CAP)

 

-une commission provinciale d’arbitrage (CPA)

 

Le CEP peut, suivant ses besoins, créer d’autres commissions dont elle fixera les missions, la durée et le cadre.

 

 

Article 62 Commission Sportive Provinciale

 

« Compétences

 

La commission juge en premier ressort:

 

-les faits répréhensibles, plaintes, réclamations et forfaits survenus au cours des compétitions gérées par le C.E.P.

 

-les réclamations relatives à l’arbitrage, après qu’elle se soit conformée aux prescriptions de l’article 228.2 du présent règlement organique.

 

-les plaintes formulées à charge d’arbitres de la C.P.A., relatives à des faits extérieurs à leur mission arbitrale. »


Compléter l’article, qui devient:

 

La Commission sportive provinciale connait en premier ressort

 

- des incidents, faits répréhensibles, contestations, cas d’inconduite de joueurs, affiliés ou spectateurs et de tous faits qui peuvent être reprochés aux cercles ou à leurs équipes au cours ou en relation directe démontrable avec des compétitions officielles provinciales ainsi que lors de matchs amicaux ou de tournois opposant des équipes de cercles de la province concernée.

 

- de l’influence d’une erreur d’arbitrage reconnue par la commission d’arbitrage provinciale sur le résultat de la rencontre concernée (art.228.2).

 

- les plaintes formulées à charge d’arbitres de la C.P.A., relatives à des faits extérieurs à leur mission arbitrale.

 

 

 

 

 

Article 64.1 Composition

 

Remplacer « Ils choisissent leur président et le propose au CEP pour nomination » par « Le président est choisi et nommé par le Comité Exécutif Provincial ».

 

 


Article 98 - Affiliation - Généralités

 

« 98.3 Le membre est affilié à la L.F.F.S. pour une durée indéterminée.

 

Le membre qui possède une licence « jeune » … est d’office désaffilié à la fin de la saison. »


Décision de ne plus automatiquement désaffilier en fin de saison les membres qui possèdent une « licence jeune » ; qu’ils soient d’office réaffiliés comme les seniors sauf avis contraire des clubs.

 

 

Le texte devient : « 98.3 Le membre est affilié à la L.F.F.S. pour une durée indéterminée.

Le membre qui est affilié à une amicale d’arbitres est d’office désaffilié à la fin de la saison. »

 


Article 98.4 - Affiliation - Généralités

 

« c) Au sein d’une même « Province », un membre majeur peut être affecté à un autre cercle en tant que coach d’équipe(s) d’âge. »

 

 

 

Abroger cet article, cela étant prévu à l’article 191.2 et ne s’agissant absolument pas d’une « double affectation ».

 

 

 

 

 

Article 100 Affiliation - Formalités

 

« … Pour les membres de moins de douze ans, seule la signature d’un représentant légal suffit. … »

 

 

 

Remplacer la phrase ci-dessus par: « Pour les membres mineurs, la signature d’un représentant légal est obligatoire et peut suffire. »

 

 

 

 

 

 « 102.1 … En l’absence de réserves, la mutation (au plus tôt le 11e jour qui suit la réception de la demande, sauf si le cercle auquel est affilié le membre renvoie le document de mutation au secrétariat fédéral ou provincial dûment complété, la demande étant alors traitée dans les meilleurs délais) ou la désaffiliation est accordée. Dans le cas contraire, elle n’est accordée qu’après le règlement de la dette. … »

 

 

 

Remplacer ce qui est entre parenthèses par « au plus tôt le 11e jour qui suit la réception de la demande, sauf si le cercle auquel est affilié le membre informe par courrier ou courriel le secrétariat fédéral ou provincial que ce dernier n’a aucune dette, la demande étant alors traitée dans les meilleurs délais ».

 

 

 

 

 

« 102.2 Le membre d’un cercle disposant d’une ou de plusieurs équipes seniors qui a (ont) (toutes) été déclarée(s) forfait général avant le 30 novembre peut demander son affiliation à un autre cercle entre le 1er décembre et le 1er mars, à condition de supporter sa quote-part individuelle de la dette éventuelle de son cercle d’origine.

 

Le membre mineur peut demander son affiliation à un autre cercle entre le 1er décembre et le 1er mars si toutes les équipes de son cercle de sa catégorie ont été déclarées forfait général avant le 30 novembre. Ne sont concernées que les catégories diablotins à cadets. »

 

 

 

Remplacer 30 novembre par 1er décembre.

 

 

 

 

 

Article 115 Membre d’un cercle radié pour dettes

 

« Tout membre d’un cercle radié pour dettes est désaffilié. Cependant, lors d’une nouvelle affiliation, tout membre majeur supporte la quote-part de la dette déterminée par le C.A. et paie, par membre, une redevance dont le montant est fixé pour le 1er août par le C.A.

 

Cette disposition n’est pas applicable aux arbitres, excepté les arbitres-joueurs.

 

Les membres de l’engagement solidaire d’un cercle radié pour dettes ne peuvent être affiliés à un autre cercle que si l’entièreté de la dette a été apurée. »

 

 

 

Indiquer que le montant de la dette est déterminé et dû par chaque membre dès que le club est mis en instance de radiation et non lorsqu’il est radié par le C.A. afin d’éviter des désaffiliations anticipées. Modifier le texte, qui devient: « Tout membre d’un cercle radié pour dettes est désaffilié. Cependant, lors d’une nouvelle affiliation, tout membre majeur supporte la quote-part de la dette dont le montant est déterminé au moment de la mise en instance de radiation et paie, par membre, une redevance dont le montant est fixé pour le 1er août par le C.A.

 

Dans le cas où le club ne serait finalement pas radié par le C.A. conformément à l’article 146, le montant de la quote-part et de la redevance seraient immédiatement remboursées au membre.

 

Cette disposition n’est pas applicable aux arbitres, excepté les arbitres-joueurs.

 

Les membres de l’engagement solidaire d’un cercle radié pour dettes ne peuvent être affiliés à un autre cercle que si l’entièreté de la dette a été apurée. »

 

La proposition de modification est subordonnée à la modification de l’article 146.

 

 

 

 

 

Article 122 Arbitres - Conditions d’admission

 

« …

 

Les arbitres des groupes A, B, C, D, E, F et G sont dispensés du paiement de la cotisation annuelle. »

 

 

 

Supprimer cet alinéa.

 

 

 

 

 

124.2 Groupes

 

« Les arbitres-joueurs sont identifiés par la lettre H associée à un des trois groupes provinciaux.

 

Ils ne peuvent diriger une rencontre dans les séries dans lesquelles figurent les équipes de leur cercle. Ils perçoivent l’indemnité afférente à la catégorie à laquelle ils sont associés. »

 

 

 

Remplacer « un des trois groupes provinciaux » par « leur groupe ».

 

 

 

 

 

Article 127.4 Interdictions diverses

 

« L’arbitre ne peut changer de juridiction sans l’autorisation expresse du C.E.P., après avoir recueilli l’avis de la C.P.A. »

 

 

 

Abroger cet article, les arbitres devant avoir les mêmes droits que tout autre affilié.

 

 

 

 

 

Article 137 Correspondant qualifié

 

« Tout cercle doit désigner parmi ses membres un « C.Q. » qui est le seul qualifié pour correspondre avec la L.F.F.S. et l’A.B.F.S. 

 

En cas d’empêchement du C.Q., soit le président, soit le membre repris sur l’engagement solidaire signe tous les actes engageant le cercle, en faisant précéder sa signature de la mention « Pour le C.Q. empêché ». »

 

 

 

Ajouter à la fin « et son nom » afin que l’on sache qui du président ou du membre a signé le document.

 

 

 

 

 

Article 146 Radiation pour dettes

 

« Le cercle qui ne s’est pas acquitté de ses dettes au terme de la procédure décrite à l’article 152 du présent règlement organique est mis en instance de radiation par le C.E.P. dont il dépend.

 

Un avis, sous l’intitulé « En instance de radiation », est publié dans l’organe officiel de la « Province ».

 

La radiation du cercle est proposée à la plus proche réunion du C.A., auquel le C.E.P. a préalablement soumis le dossier.

 

La dette du cercle est déterminée par le montant dû au moment du prononcé de la radiation, diminué du montant du gage versé à l’inscription du cercle (article 154 du R.O.). »

 

 

 

Indiquer que le montant de la dette est déterminé et dû lorsque le club est mis en instance de radiation et non lorsqu’il est radié par le C.A. afin d’éviter des désaffiliations anticipées. Modifier le texte, qui devient: « Le cercle qui ne s’est pas acquitté de ses dettes au terme de la procédure décrite à l’article 152 du présent règlement organique est mis en instance de radiation par le C.E.P. dont il dépend.

 

Un avis, sous l’intitulé « En instance de radiation », est publié dans l’organe officiel de la « Province ».

 

La radiation du cercle est proposée à la plus proche réunion du C.A., auquel le C.E.P. a préalablement soumis le dossier.

 

La dette du cercle est déterminée par le montant dû lorsque celui-ci est mis en instance de radiation, diminué du montant du gage versé à l’inscription du cercle (article 154 du R.O.). »

 

L’article 115 doit également être modifié.

 

 

 

 

 

Article 175.2 Qualification des joueurs

 

« Pour être aligné lors d’une rencontre, tout joueur:

 

… -doit avoir remis à la L.F.F.S. une attestation d'absence de contre-indication à la pratique du football en salle délivrée par un docteur en médecine et posséder ainsi le statut « actif » sur le listing présenté à l’arbitre; … »

 

 

 

Supprimer « présenté à l’arbitre », un listing antérieur à la remise de l’attestation à la L.F.F.S. et sur lequel n’apparaît pas le statut « actif » pouvant être présenté.

 

 

 

 

 

Article 177 Organisation d’une rencontre

 

« Le cercle visité ou, le cas échéant, le cercle, l’entente, le groupement déclarant, se charge de l’organisation du match dont il est entièrement responsable.

 

L’instance compétente ou le cercle désigné est responsable de l’organisation d’un match disputé sur terrain neutre ou déclaré comme tel. »

 

 

 

Ajouter un alinéa relatif:

 

- au matériel nécessaire pour débuter la rencontre et à l’amende infligée en cas d’absence (prévue dans le barème financier mais pas dans le R.O.).

 

Texte adopté: « Le cercle organisateur d’un match officiel ou amical doit présenter à l’arbitre une boîte de secours, lui remettre une boisson et posséder les accessoires de jeu prévus à la règle 1-article 13 des règles de jeu sous peine de se voir infliger une amende dont le montant est fixé pour le 1er août par le C.A. »

 

- à l’accueil de l’arbitre et à l’amende infligée en cas de manquement (prévue dans le barème financier mais pas dans le R.O.).

 

Texte adopté: Le cercle visité est tenu d’accueillir l’arbitre désigné pour le match trente minutes avant l’heure prévue de celui-ci, sous peine d’une amende dont le montant est fixé pour le 1er août par le C.A.

 

 

 

 

 

Article 179.1 Feuille de match

 

« … En cas de manquement (matricule, nom,…), une amende, dont le montant est fixé pour le 1er août par le C.A., est infligée au cercle, l’inscription des données relatives à la rencontre incombant au cercle visité. »

 

 

 

Ajouter « fautif » après « est infligée au cercle ».

 

 

 

 

 

Article 179.2 Feuille de match

 

« L’exemplaire de couleur blanche est destiné à l’instance compétente et doit lui parvenir, selon les dispositions provinciales, soit par les soins du cercle visité ou organisateur, soit par l’arbitre, dans les deux jours ouvrables qui suivent la rencontre. A défaut, une amende, dont le montant est fixé pour le 1er août par le C.A., est infligée. »

 

 

 

Remplacer « instance compétente » par « selon que cela concerne une compétition gérée par la C.S.T.L. ou le C.E.P., respectivement au secrétariat fédéral ou au secrétariat provincial »

 

 

 

 

 

Article 180.6 Frais imputables aux cercles fautifs

 

« … La demande de remboursement de ces frais doit, sous peine de forclusion, être transmise par courrier au secrétariat de l’instance compétente dans les sept jours civils qui suivent la date de la rencontre. Les pièces justificatives doivent, quant à elles, être transmises à l’instance compétente dans les deux mois, pour le 31 juillet au plus tard. »

 

 

 

Remplacer « instance compétente » par « selon que cela concerne une compétition gérée par la C.S.T.L. ou le C.E.P., respectivement au secrétariat fédéral ou au secrétariat provincial »

 

 

 

 

 

Article 183.1.1 L’indisponibilité de la salle

 

« La remise doit être demandée, dès sa connaissance, à l’instance compétente, avec une preuve émanant de la gérance de la salle. »

 

Remplacer « instance compétente » par « selon que cela concerne une compétition gérée par la C.S.T.L. ou le C.E.P., respectivement au secrétariat fédéral ou au secrétariat provincial »

 

 

 

 

 

Article 183.1.2 Les conditions atmosphériques

 

« La remise doit être demandée au plus tard trois heures avant le début de la rencontre auprès de l’instance compétente. Elle ne peut être motivée que par une brusque détérioration du temps. »

 

 

 

Ajouter « désignée par la C.S.T.L. ou le C.E.P. » après « instance compétente ».

 

 

 

 

 

Article 183.7 Appréciation des cas de force majeure

 

« L’instance qui gère les compétitions concernées est la seule compétente pour apprécier les cas de force majeure, prouvés par tout moyen de droit ou attestés par toute autorité assermentée. Cette justification officielle doit être fournie à l’instance compétente dans les trois jours ouvrables qui suivent la date prévue pour la rencontre. »

 

 

 

Remplacer « instance compétente par « selon que cela concerne une compétition gérée par la C.S.T.L. ou le C.E.P., respectivement au secrétariat fédéral ou au secrétariat provincial » (cfr article 42: c’est le CEP qui gère ces compétitions)

 

 

 

 

 

Article 192.2 Blessure en cours de rencontre

 

« En cas de blessure d’un participant à la rencontre, l’arbitre interrompt le match le temps de permettre des soins sur place ou d’évacuer le blessé.

 

En cas de blessure grave et si le blessé ne peut être déplacé, il doit être fait appel aux services de secours. »

 

 

 

Supprimer l’article car cela se trouvant dans les règles de jeu.

 

 

 

 

 

Article 192.3 Grandes manifestations

 

« Le respect d’un cahier des charges élaboré par la L.F.F.S. pour l’organisation des grandes manifestations est obligatoire. »

 

A transférer dans l’article 177-Organisation d’une rencontre, cela ne concernant pas uniquement les compétitions provinciales, et  le remplacer par un article relatif à l’amende infligée pour une carte jaune: « 192.3 Carte jaune - Une amende, dont le montant est fixé pour le 1er août par le C.A., est infligée au club auquel appartient le membre qui reçoit une carte jaune ».

 

 

 

 

 

Article 225

 

Permettre à un membre qui dispose d’un brevet délivré par la L.F.F.S. (animateur) ou l’Adeps de coacher une équipe d’un autre club que celui auquel il est affilié afin de valoriser la formation des cadres. Adapter le texte

 

 

 

 

 

Article 228.2 Réclamation pour erreur d’arbitrage

 

« A1) L’arbitre et le dépositaire de l’action sont convoqués avec présence obligatoire et entendus par la commission d’arbitrage compétente; toute autre partie l’est avec présence facultative. Le secrétaire de la commission peut convoquer les responsables des cercles concernés. »

 

 

 

Une action tentant de modifier le résultat d’un match mérite un débat contradictoire. Le cercle « bénéficiaire » de l’erreur d’arbitrage doit évidemment pouvoir contester le caractère technique de la potentielle erreur.

 

 

 

Nouveau texte adopté: « L’arbitre, le dépositaire de l’action et le cercle adverse sont convoqués avec présence obligatoire et entendus par la commission d’arbitrage compétente ; toute autre partie l’est avec présence facultative. »

 

 

 

a) La procédure

 

2) La décision technique (erreur ou non) prise par la commission d’arbitrage doit être communiquée à l’instance disciplinaire, qui ne peut modifier le résultat d’une rencontre lorsque la commission d’arbitrage a débouté le plaignant. Ce dernier peut interjeter appel de la décision.

 

3) L’instance disciplinaire juge de l’influence de l’erreur sur le résultat de la rencontre.

 

 

 

Simplifier le texte, qui devient:

 

a) La procédure

 

2) La décision technique (erreur ou non), prise par la commission d’arbitrage, peut être frappée d’appel. Elle est communiquée selon le cas soit au secrétariat fédéral, soit au secrétariat provincial concerné, selon que cela concerne une compétition gérée par la C.S.T.L. ou le C.E.P., pour suite voulue.

 

3) Si l’erreur est reconnue, l’instance compétente juge de son influence sur le résultat de la rencontre.

 

 

 

 

 

Article 230.2 L’appel

 

« a) définition

 

L’appel est une voie de recours ouverte à la partie qui s’estime lésée par la décision prononcée par l’instance du premier degré.

 

Par la voie d’appel, la partie sollicite la révision de la décision et un réexamen complet du dossier par l’instance du second degré.

 

L’appel n’a d’effet que vis-à-vis de la partie dont il émane.

 

Un membre mandaté par le C.E.P. et n’ayant pas de droit de vote peut d’office interjeter appel contre toute décision prise en première instance par une commission provinciale dans le délai prescrit à l’article 236. »

 

 

 

Ajouter « ou partie de celle-ci » après « et un réexamen complet du dossier », l’appel ne portant pas nécessairement sur l’ensemble du dossier.

 

Supprimer « Un membre mandaté par le C.E.P. et n’ayant pas de droit de vote peut d’office interjeter appel contre toute décision prise en première instance par une commission provinciale dans le délai prescrit à l’article 236. » et le prévoir à l’article 235, cela ne devant pas faire partie de la définition.

 

Pour la personne mandatée, décision d’augmenter le délai à 15 jours civils au moins afin qu’il puisse faire appel si la partie en cause le fait.

 

 

 

 

 

Article 230.3 L’évocation

 

 

 

a) Définition

 

La définition a) doit s’arrêter à « … avec les statuts de la LFFS ».

 

Créer un b) La procédure avec le reste de l’article.

 

« L’évocation est adressée dans les formes et délai prescrits aux articles 234 et 236 au C.A.

 

Le CA ne se prononce pas sur le fond du dossier … »

 

 

 

Le b) Effet suspensif devient c) Effet suspensif

 

 

 

 

 

Article 231 Rapport d’arbitre - Le principe

 

« …

 

Il rédige son rapport sur le formulaire prévu par la C.P.A. dont il dépend et l’envoie endéans les deux jours civils qui suivent la rencontre au secrétariat de l’instance qui gère la compétition. Ce dernier transmet ensuite les copies nécessaires à l’instance disciplinaire compétente pour traiter le rapport, ainsi qu’à l’observateur de la commission d’arbitrage auprès de cette instance.

 

… »

 

 

 

Supprimer le mot « disciplinaire ».

 

 

 

 

 

Article 234 La forme

 

« Les actions doivent:

 

-être expédiées en un exemplaire, sous pli recommandé.

 

Une action intentée par une instance ou un de ses membres mandaté à cet effet peut cependant être envoyée à l’instance compétente par simple courrier ou par courriel.

 

 

-contenir un exposé des faits permettant à l’instance compétente d’apprécier la nature du litige et de déterminer les personnes à convoquer, sauf s’il s’agit d’un refus de transaction, d’une opposition ou d’un appel. »

 

 

 

Remplacer au 1er alinéa « instance compétente » par « selon qu’elle concerne une compétition gérée par la C.S.T.L. ou le C.E.P., respectivement au secrétariat fédéral ou ou au secrétariat provincial » (c’est précisé dans les délais, autant que ce le soit aussi et surtout dans l’article consacré à la forme),

 

 

 

Ajouter au dernier alinéa « de connaitre ce qui est demandé » avant « sauf s’il s’agit… »

 

 

 

 

 

Article 235 Le dépositaire

 

« Les instances ou leurs membres, un cercle ou un membre peut introduire une action.

 

Une action, en première instance ou en appel, n'est cependant recevable que si la partie demanderesse peut être concernée. »

 

 

 

Remplacer:

 

- le mot « membre » dans « un cercle ou un membre » par « affilié ».

 

- « peut être concernée » par « est concernée par l’action qu’elle introduit ».

 

 

 

Ajouter:

 

« - Tout cercle peut interjeter appel contre une décision prise à l’égard d’un de ses affiliés pour autant que la décision ait trait à une participation de l’affilié sanctionné à une activité directe de son cercle.

 

- Le secrétaire d’une instance disciplinaire qui n’en est pas membre et n’a aucun droit de vote peut d’office interjeter appel contre toute décision prise en première instance dans les quinze jours qui suivent son prononcé. 

 

- Un droit d’interjeter appel ou de faire évocation est ouvert au CEP, si ce dernier constate que le dispositif de la décision de l’instance compétente sanctionne la LFFS de frais financiers auxquels il estime que celle-ci ne peut être condamnée. »

 

 

 

 

 

Article 236.1 Les délais

 

a) Sous peine de forclusion, la réclamation ou la plainte doit être déposée endéans les dix jours civils qui suivent les faits ou leur connaissance, selon qu’elle concerne une compétition gérée par la C.S.T.L. ou le C.E.P., au secrétariat fédéral ou au C.E.P., qui la transmet immédiatement au secrétariat de l’instance compétente.

 

Dès le 15 avril, ce délai est réduit à deux jours ouvrables.

 

 

 

Délai en matière de qualification de joueur

 

Le délai d’introduction d’une réclamation en matière de qualification de joueur est de trois mois et est limité au 15 juin qui suit la clôture des compétitions officielles.

 

b) L’opposition ou l’appel doit être déposé endéans les dix jours civils qui suivent la séance à laquelle la décision a été prise, sous peine de voir la décision coulée en force de chose jugée, selon qu’elle concerne une compétition gérée par la C.S.T.L. ou le C.E.P., au secrétariat fédéral ou provincial, qui la transmet immédiatement au secrétariat de l’instance compétente.

 

A partir du 15 avril, ce délai est réduit à deux jours ouvrables.

 

 

 

c) Sous peine de voir la décision coulée en force de chose jugée:

 

- la demande d’évocation administrative ou contentieuse doit être transmise au C.A. endéans les dix jours civils qui suivent la réunion à laquelle la décision a été prise ou la découverte du fait nouveau, le délai étant réduit à deux jours ouvrables à partir du 15 avril;

 

- la demande d’évocation d’un C.E.P. ou son mandataire doit être transmise au C.A. endéans les quarante jours civils qui suivent la réunion à laquelle la décision a été prise ou la découverte du fait nouveau;

 

- le C.A. ou son mandataire doit évoquer endéans les quarante jours civils qui suivent la réunion à laquelle la décision a été prise ou la découverte du fait nouveau.

 

 

 

Ajouter au a) « Hormis toute disposition contraire », juste avant « sous peine de forclusion » dans la mesure où le R.O. prévoit parfois d’autres dispositions comme au 7.3 du règlement relatif aux championnats francophones.

 

 

 

Remplacer au dernier alinéa « doit » par « peut », dans tout l’article « la décision a été prise par « a été prononcée » et « du fait nouveau » par « d’un fait nouveau ».

 

 

 

Supprimer aux a) et b) « selon qu’elle concerne une compétition gérée par la C.S.T.L. ou le C.E.P., au secrétariat fédéral ou provincial, qui la transmet immédiatement au secrétariat de l’instance compétente. » et créer un d): « Toute action est introduite respectivement au secrétariat fédéral ou provincial selon qu’elle concerne une compétition ou une matière traitée ou gérée par une instance LFFS ou provinciale sans qu’une erreur de destinataire fédéral ne soit source d’irrecevabilité. »

 

Dès réception, elle est transmise à l’instance qui doit en connaitre. »

 

 

 

 

 

Article 237 L’irrecevabilité

 

« L’irrecevabilité d’une action est constatée par le délégué à la gestion journalière de la L.F.F.S. ou le secrétaire provincial dès que celle-ci n’est pas introduite dans les délais et les formes prescrits par le présent règlement et soumise à la ratification du C.A. ou du C.E.P.

 

Un courrier ordinaire ou courriel est adressé au plaignant par le délégué à la gestion journalière de la L.F.F.S. ou le secrétaire provincial. »

 

 

 

Dans le cadre du R.O. actuel, le délégué à la gestion journalière de la L.F.F.S. ou le secrétaire provincial juge de la recevabilité et peut ainsi juger de la recevabilité d’une action qu’il introduit lui-même… En outre, la ratification par le CA ou le CEP n’a aucun sens surtout si celui-ci ne se réunit pas avant une séance d’une commission appelée à siéger sur base d’une recevabilité bancale.

 

 

 

L’instance compétente doit pouvoir juger de la recevabilité de manière formelle et décision de remplacer le texte existant par: « Dès réception d’une action, le délégué à la gestion journalière de la L.F.F.S. ou le secrétaire provincial regarde si les conditions de délais et de forme sont respectées. A défaut et sans reconnaissance préjudiciable, il informe par courrier postal ou courriel le dépositaire des manquements constatés. In fine, seule l'instance compétente peut prononcer l’irrecevabilité. »

 

 

 

 

 

« 239.1 Le cercle ou le membre appelé à comparaître devant une instance, ce dernier étant censé avoir élu domicile au secrétariat de son cercle, est convoqué soit par lettre simple adressée au C.Q. du dit cercle, soit par courriel, soit par l’organe officiel. »

 

 

 

Ajouter « par le secrétaire de l’instance compétente » après « est convoqué ».

 

Il n’est pas précisé par qui la convocation doit être envoyée, logiquement le secrétaire de l’instance. Ou le secrétariat provincial ?                                                                                                                         

 

 

 

 

 

« 239.2 La convocation à comparaître doit énoncer brièvement le motif et contient le lieu, la date et l’heure de la réunion, l’identité des comparants et leur numéro de licence et, si les faits se sont produits lors d’un match, les noms des cercles concernés et le nom de l’arbitre ayant dirigé la partie. Elle mentionne si les comparutions sont obligatoires ou facultatives. »

 

 

 

Remplacer « doit énoncer brièvement le motif et contient » par « contient la ou les préventions retenues à charge du ou des parties poursuivies et reprises au barème des sanctions » et de préciser les coordonnées de la personne à laquelle un membre appelé à comparaître peut s’excuser. Le texte devient:

 

« La convocation à comparaître contient:

 

- la ou les préventions retenues à charge du ou des parties poursuivies et reprises au barème des sanctions (annexe 3 du présent règlement) ;

 

- le lieu, la date et l’heure de la réunion ;

 

- l’identité des comparants et leur numéro de licence ;

 

- si les faits se sont produits lors d’un match, les noms des cercles concernés et le nom de l’arbitre ayant dirigé la partie.

 

En outre, elle mentionne:

 

- si les comparutions sont obligatoires ou facultatives ;

 

- les coordonnées de la personne à laquelle les parties peuvent s’excuser si elles se trouvent dans l’impossibilité de comparaître. »

 

 

 

Ajouter « à quel titre les parties sont convoquées et » après « Elle mentionne ».

 

 

 

 

 

« 239.3 En cas d’absence à une comparution obligatoire, la sanction est prise par défaut. Si la partie est excusée, elle peut faire opposition. Dans le cas contraire, elle ne peut aller qu’en appel.
Dans le cas d’une comparution facultative, la partie est libre de comparaître et peut donc faire opposition si elle s’est excusée. Dans le cas contraire, elle ne peut aller qu’en appel. »

 

 

 

Doublon partiel avec le 240.2 « La procédure est contradictoire.

 

Si une partie régulièrement convoquée ne comparaît pas à la réunion fixée, l’affaire est jugée par défaut. »

 

àAbroger le 239.3 et le fusionner avec le 240.2 tout en remplaçant « l’affaire est jugée par défaut » par « l’affaire peut être jugée par défaut », la commission pouvant très bien décider de reporter le dossier.

 

Texte adopté:

 

« La procédure est contradictoire.

 

Si une partie régulièrement convoquée ne comparait pas à la réunion fixée, l’affaire peut être jugée par défaut.

 

Si elle est excusée, elle peut faire opposition. Dans le cas contraire, elle ne peut aller qu’en appel. »

 

 

 

 

 

Article 240.8 La représentation des parties

 

« L’absence non-excusée d’un membre ou d’un cercle convoqué est punie d’une amende, dont le montant est fixé pour le 1er août par le C.A., étant entendu qu’un membre doit s’excuser personnellement et un cercle doit être excusé par un membre de l’engagement solidaire. »

 

 

 

Ajouter « avant la réunion » après « personnellement » et de préciser que le membre qui ne peut comparaître peut s’excuser par courrier ou par courriel au secrétariat fédéral ou provincial.

 

Texte adopté: « L’absence non-excusée d’un membre ou d’un cercle convoqué est punie d’une amende, dont le montant est fixé pour le 1er août par le C.A., étant entendu qu’un membre doit s’excuser personnellement et qu’un cercle doit être excusé par un membre de l’engagement solidaire, par courrier postal ou courriel, au secrétariat fédéral ou provincial selon que le dossier concerne une compétition régionale ou provinciale. »

 

 

 

 

 

242.2 La délibération-Le prononcé des sanctions

 

« A l’issue de la délibération, le président de séance prononce oralement la décision en présence de la(des) partie(s) à la cause.

 

Dans le cas où elle(s) est(sont) absente(s), la décision est censée être connue de la(des) partie(s) par le seul fait de son prononcé. Il incombe donc à la partie absente de s’informer au secrétariat de l’instance compétente de la décision prise à son égard. »

 

 

 

Remplacer « au secrétariat de l’instance compétente » par « selon que cela concerne une compétition gérée par la C.S.T.L. ou le C.E.P., respectivement au secrétariat fédéral ou au secrétariat provincial »

 

 

 

 

 

Article 242.3 La délibération

 

Remplacer le mot « décision » par « dispositif ».

 

 

 

 

 

Article 243. Le délit d’audience

 

« Si un comparant commet un délit pendant la réunion, celui-ci est traité immédiatement.

 

Un courrier recommandé mentionnant la sanction est adressé au C.Q. du cercle lorsque la décision est prise par défaut.

 

Appel peut être interjeté dans ce cas. »

 

 

 

Remplacer « pendant la réunion » par « d’audience ».

 

 

 

 

 

Article 244.3 Refus de transaction

 

« Si le membre refuse la transaction, celui-ci ou le C.Q. du cercle auquel il est affilié doit le notifier par lettre recommandée au secrétariat fédéral, si le dossier concerne un match régi par la C.S.T.L., ou au secrétariat provincial, si le dossier concerne une rencontre du championnat provincial.

 

Sous peine de forclusion, la notification doit être envoyée endéans un délai de cinq jours ouvrables, qui débute le lendemain du dépôt à la poste de la proposition de transaction, date du sceau postal faisant foi. Il est alors appelé à comparaître lors de la plus proche réunion de l’instance compétente. 

 

A partir du 15 avril, ce délai est réduit à deux jours ouvrables. »

 

 

 

Mettre en conformité avec la notification à l’article 244.2 (« …le lendemain du dépôt à la poste… » / courrier ordinaire ou courriel). Le texte adopté: « « Si le membre refuse la transaction, celui-ci ou le C.Q. du cercle auquel il est affilié doit le notifier par lettre recommandée au secrétariat fédéral, si le dossier concerne un match régi par la C.S.T.L., ou au secrétariat provincial, si le dossier concerne une rencontre du championnat provincial.

 

Sous peine de forclusion, la notification doit être envoyée endéans un délai de cinq jours ouvrables, qui débute le lendemain du dépôt à la poste de la proposition de transaction ou de l’envoi du courriel. Il est alors appelé à comparaître lors de la plus proche réunion de l’instance compétente. 

 

A partir du 15 avril, ce délai est réduit à deux jours ouvrables. »

 

 

 

Article 245.3 L’exécution des sanctions

 

« Une suspension avec sursis pour une partie de la sanction peut être prononcée. La suspension devient effective si des faits pouvant entraîner une suspension de plus de six semaines conformément au barème de sanctions en vigueur sont sanctionnés et s’ajoute à la nouvelle sanction.

 

La période durant laquelle la suspension avec sursis peut devenir une suspension effective (période probatoire) ne peut dépasser trois ans à partir du prononcé de la première décision. »

 

 

 

Réécrire l’article, texte adopté:

 

a) Une suspension peut être prononcée partiellement avec sursis, dont la période probatoire ne peut dépasser trois ans.

 

b) Une suspension avec sursis devient effective lorsque pendant la période probatoire, l’affilié sanctionné commet une infraction donnant lieu à une nouvelle suspension de plus de six semaines conformément au barème de sanctions en vigueur.

 

Une suspension avec sursis ne devient effective que pour autant que l'instance compétente le constate explicitement.

 

 

 

 

 

Article 248.3 La suspension jusqu’à comparution volontaire

 

« …

 

La demande de comparution doit être introduite endéans les trois mois par le membre suspendu auprès du secrétariat de l’instance compétente et ne suspend pas la suspension prononcée.

 

… »

 

 

 

Remplacer « au secrétariat de l’instance compétente » par « selon que cela concerne une compétition gérée par la C.S.T.L. ou le C.E.P., respectivement au secrétariat fédéral ou au secrétariat provincial »

 

 

 

BAREME DE SANCTIONS

 

 

 

Supprimer la simulation de voie de fait (A7.1 et B8.1) dans le barème de sanctions, celle-ci n’ayant aucun sens. Soit il y a une menace, soit une tentative de voie de fait, a constaté le C.A.

 

 

 

 

 

Dans tout le R.O.

 

Utiliser dans tout le R.O. le terme « Match » pour une rencontre.

 

 

 

 

 

 

Publié le 12/03/2017
11/03/2017 Championnat francophone espoirs 2016/2017: 2e journée à Schaerbeek

Luxembourg - Brabant: 2-5
Namur - Hainaut: 3-5
Liège - Luxembourg: 7-0
Brabant - Namur: 8-0
Hainaut - Liège: 0-1
Luxembourg - Namur: 1-5
Brabant - Hainaut: 4-1
Liège - Namur: 7-1
Luxembourg - Hainaut: 0-6
Brabant - Liège: 3-2

Le classement provisoire après les deux premières journées

1

Brabant

8

8

0

0

38 - 8

16

2

Liège

8

6

2

0

35 - 7

12

3

Hainaut

8

4

4

0

26 - 24

8

4

Namur

8

2

6

0

21 - 41

4

5

Luxembourg

8

0

8

0

3 - 43

0

 

Publié le 18/12/2016
17/12/2016 Championnat francophone espoirs 2016/2017 (1re journée à Thieu)
 

Les résultats
Hainaut - Brabant 2 - 4
Brabant - Namur 6 - 1
Namur - Liège 0 - 7
Liège - Hainaut 6 - 0
Hainaut - Namur 7 - 6
Brabant - Liège 3 - 0

NB : forfait général de la « Province de Luxembourg »

Le classement provisoire

1.

Brabant

5

3

0

0

13

3

6

2.

Liège

5

2

1

0

13

3

4

3.

Hainaut

5

1

2

0

9

16

2

4.

Namur

5

0

3

0

7

20

0

5.

Luxembourg

5

0

0

0

0

0

0

 

Publié le 20/08/2016
Article 175.2 du règlement organique - Modification
Il convient de supprimer à l'article 175.2 du règlement organique "présenté à l'arbitre" à la 3e condition pour être aligné lors d'une rencontre comme joueur. (décision du C.A.)

 

Décret du 20/10/2011 relatif à la lutte contre le dopage: adaptations légales

Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté, à l'unanimité, le 19/03/2015, le décret modifiant celui du 20/10/2011 relatif à la lutte contre le dopage.

Ces modifications interviennent à la suite, d'une part, de l'adoption, par l'Agence Mondiale Antidopage (AMA), du nouveau Code mondial de 2015, et, d’autre part, des difficultés rencontrées et relevées sur le terrain par la Direction de la lutte contre le dopage de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Essentiellement, cette réforme peut être décomposée en deux grands axes:

• le renforcement des moyens pour détecter les cas de dopage et les sanctionner (A);

• le renforcement des droits de la défense du sportif (B).

A. Le renforcement des droits de la défense

A.1) Pouvoir d'enquête (art 6/2 du décret tel que modifié):
Ce pouvoir d'enquête dont est désormais dotée l'Organisation Nationale Anti-dopage (ONAD) de la FWB vise à réaliser des contrôles ciblés sur des sportifs déterminés.
Il peut également être utilisé pour l'ouverture d'une procédure en violation des règles antidopage.
Les informations utilisées peuvent être analytiques (c'est-à-dire obtenues à la suite d'un contrôle) ou non analytique (exemple : contrôles positifs antérieurs, suspensions antérieures, informations données au médecin contrôleur, informations données par d'autres organisations antidopage, données de localisation suspectes,... ), pour autant qu'elles soient crédibles, vérifiées et croisées par l'ONAD de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
Les sources disponibles sont notamment les médecins contrôleurs, les sportifs, les membres de leur personnel d'encadrement, les autres organisations antidopage, le parquet ou encore la police.

A.2.) L'association interdite (art 6, 100 du décret tel que modifié):
A la suite d'une notification préalable, le décret permet désormais de sanctionner un sportif qui s'associerait, sur le plan professionnel, avec une personne suspendue par décision disciplinaire ou condamnée pour un fait de dopage par un tribunal.

A.3.) Le passeport biologique (art 12/1 du décret tel que modifié):
Le passeport biologique permet de mesurer les variations des paramètres biologiques d'un sportif d'élite, sur une période donnée.
En cas de variation de ces paramètres, il pourra soit, être procédé à un contrôle ciblé sur le sportif concerné, soit, en cas de dépassement des seuils autorisés, entamer d'une procédure en violation des règles antidopage.

A.4.) De nouvelles règles de procédure pour les fédérations sportives (art 19 du décret tel que modifié):
Les fédérations sportives demeurent chargées de l'organisation des procédures disciplinaires et d'in fine d'appliquer les éventuelles sanctions.
Auparavant, le décret renvoyait simplement aux principes procéduraux du Code mondial antidopage.
Désormais, un certain nombre de ces principes sont directement repris à l'article 19 du décret, tel que modifié, comme les parties autorisées à faire appel, l'application du système des suspensions provisoires, les cas dans lesquels l'appel peut ou doit être porté devant le TAS, ou encore le délai de prescription de 10 ans.

B. Le renforcement des droits de la défense du sportif

B.1.) De nouvelles notions (art 1er' du décret tel que modifié):
A titre d'exemple, l'absence de faute significative. Elle permet au sportif qui parviendrait à l'établir de réduire la période de suspension qui lui serait en principe applicable.

B.2.) La précision de la sanction en principe applicable (commentaire de l'article 1er 76°, du décret tel que modifié).
A titre d'exemple, l'usage d'une substance interdite, sans « circonstance atténuante », donc avec l'élément intentionnel équivaut à 4 ans de suspension.

B.3.) Des règles relatives à la charge de la preuve (art 6/1, du décret tel que modifié)
Auparavant, le droit commun s'appliquait. Désormais, il est prévu explicitement qu'il appartient à l'organisation antidopage d'établir la violation de la règle.
Ce n'est qu'en cas de résultat d'analyse anormal, que le sportif devra renverser la charge de la preuve. Par exemple, en demandant une contre-expertise, une autorisation d'usage thérapeutique avec effet rétroactif (s'il est amateur ou pour circonstances exceptionnelles) ou en invoquant l'absence de toute faute ou de négligence dans son chef.

B.4.) Une procédure d'Autorisation à Usage Thérapeutique (AUT) rétroactive pour les sportifs amateurs (art 8, § 6, du décret tel que modifié)
Désormais, tous les sportifs, d'élite ou amateurs, sont soumis à la procédure de demande d'AUT dans le cas où ils feraient usage, pour raisons médicales et thérapeutiques, de substances ou méthodes en principe interdites.
Les sportifs d'élite continuent à introduire leur demande anticipativement, au moins 30 jours avant la manifestation sportive concernée.
Les sportifs amateurs peuvent, pour leur part, la formuler de manière rétroactive, dans les 10 jours après la notification de cette possibilité, par I'ONAD de la FWB)
e) un recours élargi en matière d'obligations de localisation (art 18, § 7, alinéa 2 et suivants du décret tel que modifié)
Auparavant, en matière d'obligations de localisation, les sportifs d'élite ne disposaient d'un recours que pour contester la décision de les inclure dans le groupe cible des sportifs d'élite soumis à ces obligations.
Désormais, ce recours est élargi à toute décision administrative en matière d'obligations de localisation (comme, par exemple, contrôle manqué ou un manquement aux obligations de transmission d'informations sur la localisation).
f) la réduction de la période de référence pour les manquements aux obligations de localisation
Auparavant, les sportifs d'élite de catégorie A qui commettaient 3 manquements à leurs obligations de localisation, sur une période de 18 mois, s'exposaient à une sanction pour violation des règles antidopage, avec une possible suspension de 2 ans.
Cette période de référence est raccourcie à 12 mois, disposition favorable au sportif puisque son « casier » en matière de localisation, s'efface plus vite qu'auparavant.

Retrouvez le règlement antidopage de la L.F.F.S. et son règlement de procédure adaptés sous l’onglet « dopage » du site lffs.eu.

Google-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire franais en Arabic  Traduire  en Arabic  Traduire  en Croate Traduire  en Tchque  Traduire  en Danois Traduire  en Finlandais  Traduire franais en Grec Traduire  en Hindou  Google-Translate-English to Japonais BETA Traduire franais en Korean BETA  Traduire  en Norvgien Traduire  en Polonais  Traduire  en Roumain Traduire  en Suédois
Copyright 2012 L.F.F.S. / Xavier WEYLAND - Tous droits réservés.